Ressource

Le parcours des funérailles

14/03/2023

Vécue collectivement, chaque étape du parcours funéraire permet d’apprivoiser la mort, les rites aidant les vivants à prendre conscience de la réalité de la perte et par là, à se confronter à leur propre finitude.

Les rites disent la valeur d’une vie et quelque chose de l’unicité de chaque personne. Simultanément, ils ouvrent le processus de séparation dans l’acte collectif de mémoire. Enfin, ils permettent d’inscrire la mort dans la société, de donner sa juste place au défunt et de ressouder la communauté des vivants.

Du lieu du décès au lieu de sépulture, le défunt suit un parcours dont la valeur symbolique en fait la richesse.
Traditionnellement, dans la France chrétienne et rurale, le parcours de référence allait de la chambre du défunt à son domicile, en passant par l’église du village et jusqu’au cimetière. Ce parcours était suivi par un grand nombre de personnes, tant la mort les mobilisait tous.

Aujourd’hui, dans une France sécularisée et citadine, où la mort ne fait plus événement comme jadis, les parcours funéraires se sont diversifiés, raccourcis et appauvris en termes symboliques et de sens. Ils n’en demeurent pas moins toujours le cadre de la ritualité funéraire. C’est pourquoi les lieux choisis et le respect de l’ordre des étapes comptent pour que s’épanouisse l’effet consolateur des rites.

L’étape de la vision du corps est la première, que ce soit à la maison, à l’hôpital ou au funérarium. Qu’elle prenne la forme d’une veille (de plus en plus rare) ou d’une simple levée de corps, elle est l’occasion d’une rencontre entre les vivants et le mort. Face à la dépouille, la question du sens de l’existence raisonne avec une force particulière. Il est donc bon de s’y rendre et d’y emmener les enfants qui le souhaitent.

La fermeture du cercueil est un moment douloureux : il faut abandonner le visage de quelqu’un qu’on aime. La prière de l’Eglise, lors de cet adieu au visage, invite à être dans l’espérance que le défunt contemplera le visage du Seigneur et que ses proches le reverront auprès de Lui.

Dans l’église s’organise un rassemblement ouvert, auquel tous ceux qui le souhaitent peuvent s’associer. En effet, si le chemin de la paroisse, pour assister à la messe dominicale, s’est largement perdu chez beaucoup de Français, ils sont nombreux à le retrouver pour une cérémonie d’obsèques.

Accueillies par des prêtres, des diacres ou des laïcs, les familles peuvent librement se livrer et dire ce qui a constitué le meilleur de la vie du défunt.

Grâce à cette relecture de vie, la célébration va pouvoir se bâtir autour de textes bibliques commentés, de chants et de gestes symboliques qui rappellent le rite baptismal (rite de la lumière, aspersion du cercueil). Des témoignages plus personnels, sont aussi envisagés en lien avec le célébrant.

La liturgie catholique des funérailles célèbre le mystère pascal de la mort de Jésus. En Lui, la mort n’est pas mortelle, mais devient passage vers la Vie qui ne finit pas.

Au cimetière, l’inhumation marque le détachement définitif des proches de la dépouille de leur parent défunt. Un lieu lui est affecté, un lieu de pèlerinage où la mémoire de l’être aimé reste vive. Par l’inhumation, la remise à Dieu du défunt est accomplie. Il en est de même en cas de crémation lors du dépôt de l’urne dans une sépulture ou un columbarium.

Et l’Eglise célèbre alors la permanence, par-delà la mort, de l’élan pris par le défunt :

« Nous voici avec toi au moment où tu entres dans une communion nouvelle et plus forte avec nous. Ce que tu as vécu, tout cela continue aujourd’hui, et l’élan que tu as pris, qui l’arrêtera ? ».

Au-delà des funérailles, le chemin de deuil se poursuit. La perte d’un être cher génère un temps de chagrin, de solitude, de cheminement intérieur. Chacun doit inventer de nouveaux repères et découvrir progressivement que le proche absent est présent dans sa vie.

 

Ressources

Emission 07/06/2024

Conversation sur la mort avec Angelin Preljocaj

Christian de Cacqueray reçoit Angelin Preljocaj, danseur, chorégraphe, créateur du ballet Requiem(s).
Ecouter
Emission 03/06/2024

Conversation sur la mort avec Hélène Gérin

Christian de Cacqueray reçoit Hélène Gérin, ancienne accompagnante à la naissance, kinésiologue, créatrice du site Dans ces moments-là sur le...
Ecouter
Emission 24/05/2024

Conversation sur la mort avec Vincent Houba

Christian de Cacqueray reçoit Vincent Houba, architecte et psycho-analyste, fondateur du cabinet Les Architectures Invisibles.
Ecouter

Si le décès a déjà eu lieu, il est impératif de nous contacter par téléphone

Contacter une agence

Contacter une agence en cas de décès