Vivre en mortel

Avec la pandémie de la covid 19, notre société a fait brusquement l'expérience de la présence quotidienne de la mort, signe de notre humaine fragilité. Elle a aussi éprouvé la nécessité de la ritualisation de l'adieu, et ce d'autant plus que cela ne fut pas toujours possible.

Pour Christian de Cacqueray, ce livre est l'occasion de revenir personnellement sur ce que signifie « vivre en mortel ». Il le fait à travers son expérience d'accompagnateur des parcours rituels d'obsèques, mais aussi en relisant les deuils qui ont, comme pour tant d'autres, marqué sa vie.

Loin de vouloir fuir ou ignorer notre finitude, il s'agit d'en mesurer toute la densité, sans nier la part de souffrance ou de révolte qu'elle entraîne. Nourri au quotidien de l'Évangile, soutenu par la pratique des Exercices spirituels de saint Ignace, l'auteur invite à ne pas craindre la mort, mais à voir dans ce passage une ouverture vers la vie. Comme un appel à « l'urgence de vivre ».

Préface de Marie de Hennezel.

Acheter le livre

Conversations sur la mort, et donc sur la vie

Vingt-quatre personnes, dont Jacques Arènes, Tanguy Chatel, Pierre Cochez, Marie de Hennezel, Anne-Dauphine Julliand, Marion Muller-Colard, Martin Steffens, Blanche Streb, Eric Vinson, … témoignent de leur rapport à la mort.  

« Parler de la mort, même la plus cruelle, la plus injuste, c’est toujours parler de la vie. » Telle est la conviction qui guide ce livre, composé  d’une sélection des entretiens menés chaque semaine par Christian de Cacqueray dans son émission radiophonique sur Radio Notre Dame, Conversation sur la mort.

Ces conversations sur la mort, avec des anonymes ou des auteurs connus, invitent à se réconcilier avec une présence si fortement occultée aujourd’hui.

Perte d’un proche, accompagnement du deuil en tant que prêtre ou psychologue, expérience de sa propre finitude par la maladie, regards catholique, bouddhiste, musulman… : l’ouvrage multiplie les perspectives pour révéler combien la mort est porteuse d’une pédagogie de la vie.

Au fil des échanges se dessine une réflexion singulière sur notre condition, sa fragilité  et sa richesse. Les vingt-quatre interviews qui composent le livre ont en commun d’aborder le sujet sans fard ni faux-semblant. Courtes et directes, elles sollicitent une parole personnelle de profils variés, connus ou inconnus, croyants ou incroyants, accompagnants ou concernés par le deuil dans leur propre vie.

Il en résulte pour le lecteur, à travers des points de vue si différents, un ensemble enrichissant qui invite à vivre davantage en mortels.

Un ouvrage qui invite à se réconcilier avec la mort et à trouver en elle une pédagogie de la vie.

Une perspective universelle qui rassemble autour d’un sujet essentiel les religions, les âges et les expériences.

Acheter le livre