Prière pour l'adieu au visage

priere_adieu_au_visage.jpg

Le corps mis dans le cercueil, avant que ce dernier ne soit fermé, fait l’objet d’un premier temps de prière que l’on appelle « l’adieu au visage ».

Première étape du parcours rituel des funérailles, cet adieu marque la séparation définitive avec le corps de chair du défunt. Il ne sera plus visible dès lors que le cercueil sera fermé. L’émotion est grande et ce temps, quel que soit le lieu de son déroulement, reste un temps intime et familial, vécu différemment selon qu’il est organisé dans un domicile, un hôpital ou une chambre funéraire.

La prière qui accompagne ce temps peut être menée par un religieux ou un laïc, membre d’une aumônerie ou pas.

Si les enfants ont fait le choix d’y assister, il peut leur être proposé de déposer un mot ou un dessin dans le cercueil avant qu’il ne soit fermé.

Enfin, il n’est pas rare que les proches décident de manifester leur attachement à la personne défunte en posant un geste d’affection sur sa dépouille.

Oraison

Les mots nous manquent Seigneur, nous sommes dans l’épreuve, accepte notre silence comme une prière pour [prénom du défunt] que Tu connais et que Tu aimes.
Son chemin le conduit maintenant jusqu’à Toi : accueille-le dans la clarté et la paix de Ton Royaume.

Et que Ton Amour soit pour nous lumière sur la route, jusqu’au jour où Tu nous réuniras auprès de Toi pour les siècles des Siècles.

Prière

Seigneur, nous tournons vers toi notre regard à l’heure où disparaît ce visage qui nous est cher : Accorde-lui de te voir face à face et affermis notre espérance de le revoir auprès de toi, pour les siècles des siècles. Amen.

On peut utiliser le verset :

V. Accorde-lui, Seigneur, l’éternel repos ;
R/. Et que brille à ses yeux la lumière sans déclin.

Invocations

Après tous nos regards qui ont croisé le sien,
Accorde-lui, Seigneur, de contempler ton visage.
 
Après la joie et l’amour qui ont illuminé sa vie,
Accorde-lui, Seigneur, de contempler ton visage.
 
Après les peines et les larmes qui ont obscurci ses yeux,
Accorde-lui, Seigneur, de contempler ton visage.
 
Après le péché qui a terni son regard,
Accorde-lui, Seigneur, de contempler ton visage.
 
Il a cherché la vérité dans la droiture de sa conscience,
Accorde-lui, Seigneur, de contempler ton visage.
 
Il a cru en toi sans jamais t’avoir vu,
Accorde-lui, Seigneur, de contempler ton visage.

Psaume 22 : Le Seigneur est mon berger

Le Seigneur est mon berger, Rien ne saurait me manquer.
Le Seigneur est mon berger, je ne manque de rien.
 
Sur des prés d’herbe fraîche, il me fait reposer.
 
Il me mène vers les eaux tranquilles et me fait revivre ;
Il me conduit par le juste chemin pour l’honneur de son nom.
 
Si je passe un ravin de ténèbres, je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi, ton bâton me guide et me rassure.
 
Tu prépares la table pour moi devant mes adversaires ;
Tu répands le parfum sur ma tête, ma coupe est débordante.
 
Grâce et bonheur m’accompagnent tous les jours de ma vie.
J’habiterai la maison du Seigneur pour la durée de mes jours.

Ou

Psaume 26 : Le Seigneur est ma lumière et mon salut

Ma lumière et mon salut, c’est le Seigneur, Alleluia !

Le Seigneur est ma lumière et mon salut : de qui aurais-je crainte ?
Le Seigneur est le rempart de ma vie, devant qui tremblerais-je ?

J’ai demandé une chose au Seigneur, la seule que je cherche :
Habiter la maison du Seigneur, tous les jours de ma vie.

Ecoute Seigneur, je t’appelle ! Pitié ! Réponds-moi !
Mon cœur m’a redit ta parole : « cherchez ma face ».
C’est ta face, Seigneur, que je cherche. Ne me cache pas ta face.

Mais, j’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur sur la terre des vivants.
« Espère le Seigneur, sois fort et prends courage, espère le Seigneur. »

Oraison

Seigneur Jésus, tu veux prendre avec toi ceux que le Père T’a donnés. Conduis notre frère/sœur [prénom du défunt]jusqu’à sa demeure éternelle : il/elle quitte la maison où il/elle a vécu sur cette terre ; accueille-le/ la parmi ceux que Tu fais vivre auprès de Toi. Et nous qui restons ici-bas, donne-nous la force de faire de notre vie une marche vers Toi qui es vivant avec le Père et le Saint-Esprit pour les siècles des siècles. Amen.

En union avec [prénom du défunt], nous pouvons reprendre ensemble la prière que Jésus a apprise à ses disciples : Notre Père….

Pour conclure cette prière, nous confions [prénom du défunt] à la bienveillance de Marie, la très Sainte Vierge, Mère du Christ et mère de tous les hommes : Je vous salue Marie….

Un Amour m'attend

Ce qui se passera de l’autre côté, quand tout pour moi aura basculé dans l’éternité,
Je ne le sais pas. Je crois, je crois seulement qu’un Amour m’attend.
Je sais pourtant qu’alors il me faudra faire pauvre et sans poids, le bilan de moi.
Mais ne pensez pas que je désespère. Je crois, je crois tellement qu’un Amour m’attend.
Quand je meurs, ne pleurez pas
C’est un Amour qui me prend.
Si j’ai peur – et pourquoi pas ?
Rappelez-moi simplement
Qu’un Amour, un Amour m’attend.
Il va m’ouvrir tout entier à sa joie, à sa lumière.
Oui, Père, je viens à Toi
Dans le vent, dont on ne sait ni d’où il vient, ni où il va,
Vers Ton Amour, Ton Amour qui m’attend.

Prière du Père Sertillanges

Par la mort, La famille ne se détruit, pas, elle se transforme, une part d’elle va dans l’invisible.
On croit que la mort est une absence, quand elle est une présence secrète.
On croit qu’elle crée une infinie distance, alors qu’elle supprime la distance en ramenant à l’esprit ce qui était dans la chair. Que de liens, elle renoue, que de barrières elle brise, que de murs elle fait crouler, que de brouillard elle dissipe, si nous le voulons bien. Vivre, c’est souvent se quitter ; Mourir, c’est se rejoindre. Ce n’est pas un paradoxe de l’affirmer. Pour ceux qui sont allés au fond de l’amour : la mort est une consécration non un châtiment.... Au fond, personne ne meurt, puisqu’on ne sort pas de Dieu. Celui qui a paru s’arrêter brusquement sur sa route, écrivain de sa vie, a seulement tourné la page.
Plus il y a d’êtres qui ont quitté le foyer, plus les survivants ont d’attaches célestes.
Le ciel n’est plus alors uniquement peuplé d’anges, de saints connus ou inconnus et du Dieu mystérieux, il devient familier.
C’est la maison de famille, la maison en son étage supérieur, si je puis dire, et du bas en haut, le souvenir, les secours, les appels se répondent.